Le diabète : Une maladie très lucrative

Quelle alternative naturelle ?

Vous êtes un homme autour de la cinquantaine, actif professionnellement, vous faites face à pas mal de stress, vous bougez peu car pas trop le temps, ni l’envie aussi et pour finir, vous mangez un peu trop, tous les jours, sans faire attention au contenu de votre assiette.

Le midi, un sandwich vite fait devant votre ordinateur pour ne pas perdre de temps. Vous avez faim puisque le matin, vous avez englouti un bon bol de céréales petit-déjeuner allégées avec du bon lait écrémé (oui pour garder la ligne). Le soir, vous rentrez chez vous épuisé et affamé. Quelques tranches de saucisson, un petit verre de vin pour décompresser, puis deux, parfois trois. Enfin, vous passez à table : un bon bol de spaghettis bolo ou une bonne pizza (maison, cela va sans dire).

En quelques lignes, vous avez découvert le menu « type » d’une grande majorité de la population. Un style de vie sédentaire, stressante de surcroît et une alimentation très glucidique, raffinée à souhait. Voici les ingrédients parfaits pour futurs diabétiques en herbe. Merci l’industrie agro-alimentaire ! Que ferions-nous sans elle ? Engraisser pour enfin dégraisser grâce au business des régimes et des pilules miracles. Et « guérir » sans guérir évidemment grâce aux traitements pharmaceutiques. 

Quelques chiffres pour se mettre l'eau à la bouche

De 108 millions de personnes atteintes du diabète en 1980, nous avons atteint 422 millions en 2014. L’OMS estime que le diabète se placera dans le top 10 des maladies les plus mortelles en 2030. De quoi réjouir l’industrie pharmaceutique qui se frotte les mains en constatant l’embonpoint galopant de la population. Qui dit surpoids (ou obésité, encore mieux), dit maladies métaboliques, donc médication à long terme. Plus la maladie est chronique, plus elle rapporte.  CQFD. 

Un cercle très vicieux

Le diabète de type 2 est une maladie chronique qui résulte de la mauvaise utilisation du glucose et de l’insuline par l’organisme. Soit le pancréas ne produit plus assez d’insuline, soit l’insuline ne remplit plus son rôle efficacement. Il en résulte une quantité de glucose trop importante dans la circulation sanguine. L’insuline est l’hormone clé pour diminuer le taux de glucose sanguin. Les personnes en surpoids sont plus sujettes à la résistance à l’insuline. La consommation trop importante de glucides sous toutes ses formes (du pain, pâtes, pommes de terre mais aussi sucre simple, jus, sodas,…), une alimentation type industrielle, associée à la sédentarité est un passeport pour les déséquilibres métaboliques. Une génèse d’hyper, suivies d’hypoglycémies réactives, engendre de la fatigue et de nouvelles prises alimentaires sucrées généralement pour rebooster son organisme épuisé et le cercle vicieux s’installe insidieusement dans votre quotidien.

Le lit du diabète se fait lentement, à votre insu puisqu’il est asymptomatique au début. C’est souvent un simple contrôle de routine chez votre médecin qui détectera dans votre prise de sang une glycémie bien au-delà des normes.

En fonction de la situation, votre généraliste ou diabétologue vous prescrira des antidiabétiques oraux ou de l’insuline en injection.

Trop rarement des conseils nutritionnels accompagnent la médication, ce qui rend le malade dépendant de son traitement à vie.

Et pourtant, le diabète de type 2 peut être réversible par une prise en charge sérieuse de l’alimentation et du style de vie. Un rééquilibrage des glucides, l’éviction des boissons sucrées, du mou sucré et gras, des desserts et autres douceurs qui rendent accro, du sport pour une meilleure utilisation du glucose et pour réduire l’insulinorésistance, des plantes et épices aux vertus régulatrices de la glycémie comme la cannelle et la berbérine, issue du Berberis vulgaris ou épine-vinette. Cette dernière a fait l’objet de très nombreuses études mettant en lumière ses effets surprenants sur la régulation de la glycémie et sur le métabolisme des lipides. Enfin un nouvel espoir thérapeutique pour les diabétiques de type 2. La berbérine facilite le transport de glucose intracellulaire, améliore la sensibilité à l’insuline, réduit l’hémoglobine glyquée et régule donc la glycémie.  

Diabète de type 2 et dyslipidémie sont étroitement liés. Cet alcaloïde est également très actif au niveau cardiovasculaire, en réduisant tant le LDL et cholestérol total, que les triglycérides.

Cette plante a un impact très positif en remplaçant avantageusement les statines aux effets secondaires multiplies, délétères et extrêmement controversés : crampes, pertes de mémoire, douleurs articulaires, fatigue chronique, favorise les troubles cognitifs,…

Le rééquilibrage des lipides sanguins est indispensable dans la prévention des maladies chroniques. Les moyens pour y parvenir détermineront l’état de votre santé sur le long terme.

Enfin, la berbérine a une action protectrice de l’épithélium intestinal et sur le « leaky gut » ou porosité de l’intestin. En rétablissant cette barrière naturelle, vous réduisez les problèmes de colite, d’allergies alimentaires et d’inflammations chroniques liées au côlon irritable.

Le berberis Vulgaris semble tout aussi efficace que les traitements médicaux traditionnels. La nature offre des solutions fabuleuses, qui sont étudiées et proposées en alternative des traitements médicamenteux aux effets secondaires non négligeables. Très utilisée dans la médecine ayurvédique chinoise, cette plante regorge de puissantes vertus. Si vous êtes diabétique ou pré-diabétique, renseignez-vous ! Soyez responsable de votre santé et de votre guérison. 


Références :

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs312/fr/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2410097/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18397984

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25498346

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18442638

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.