Le sucre : l'addiction dangereuse

On le trouve partout, sous des noms que l’on ne soupçonne même pas. Plats préparés, soupes, boissons, sodas, produits laitiers, vinaigrettes, jambons, pâtisseries, il s’infiltre dans tout ce qui sort d’une usine agro-alimentaire. Il se cache sous 56 appellations : maltodextrine, lactose, dextrose, sirop de glucose fructose, sirop d’agave, de maïs, de riz, galactose, sucre inverti… pour nous rendre la vie bien plus douce et édulcorée. Oui, le sucre plait à tout le monde, même aux nourrissons.

Le sucre de canne est incorporé aux préparations culinaires vers le XVIIIème siècle. Produit rare pour l’époque, il est réservé aux élites. Ce n’est qu’au début XIXème que le sucre de betterave se développera dans nos régions, sous l’insistance de Napoléon Ier.

Aujourd’hui, on en consomme près de 35 kg par an et par personne, c’est presque 4 fois plus que les recommandations officielles de l’OMS (Organisme Mondial de la Santé) qui se limitent à 25gr par jour. Si vous buvez un soda, vous êtes déjà bien au-delà des conseils sanitaires. 


Les smoothies, sodas du XXIème siècle

Soyez très vigilants car pas un produit ne lui échappe : les smoothies sont des bombes de sucre. Il est naturel pensez-vous, donc inoffensif…. Détrompez-vous.  Du sucre reste du sucre, qu’il provienne de la betterave, de la canne, des fruits, des dattes, des figues, du miel ou des autres formes citées plus haut. C’est un savant mélange de glucose et de fructose en quantité variable selon le produit. Tous ont un point en commun, ils élèvent la glycémie. 


Quand l'insuline s'en mêle

Voici une hormone bien utile, qui nous permet de garder un niveau de glucose dans le sang dans la norme… enfin presque. L’insuline est l’hormone de stockage qui est libérée à chaque fois que nous mangeons, principalement des glucides (pain, pâtes, riz, pommes de terre,…) mais aussi et surtout bonbons, sucreries, jus de fruits, boissons sucrées,… Plus nous mangeons de grosses quantités de glucides, plus nous libérerons de l’insuline, et plus nous grossissons.

Le glucose provenant des différentes sources de glucides, est notre première source d’énergie, c’est le carburant de nos cellules et de notre cerveau. Ils sont donc indispensables.

Mais faites attention aux quantités ingérées et au type de glucide consommé. Votre attention doit se focaliser sur tout ce qui a une saveur sucrée, car elle est plus dommageable d’une part, et est extrêmement addictive d’autre part.

A force de consommer de grandes quantités de sucre, caché ou pas, vous stimulez sans cesse votre insuline, ce qui mène progressivement à la prise de poids car vous emmagasinez de grosses quantités d’énergie stockées sous forme de graisse. Mais vous épuisez également votre pancréas, votre fournisseur d’insuline, car il se dérègle à force d’envoyer cette hormone à tout bout de champ, tout au long de la journée, de la semaine, du mois, de l’année, à des doses plus ou moins élevées, en fonction de vos envies de cochonneries.

Vos cellules deviennent également résistantes à l’insuline et le glucose finit par rester en circulation dans votre sang, à défaut d’être correctement utilisé. Le diabète est à vos portes ainsi que les maladies cardio-vasculaires.

La plus grande vigilance s'impose quant aux choix de vos aliments et aux quantités ingérées.  

  

Plus addictif qu'une drogue

Le cerveau en raffole et considère le sucre comme une récompense. On comprend alors pourquoi le sucre rend rapidement accro. Le plaisir qu’il procure immédiatement pousse l’individu à un éternel recommencement pour la satisfaction permanente. Voilà un cercle bien vicieux. Des envies incontrôlables, une frénésie irrépressible comparable à la drogue la plus dure. Si la dose quotidienne n’est pas atteinte, une sensation de manque apparaît.

Si l’envie d’arrêter vous traverse l’esprit, c’est alors que débute le parcours du combattant. On ne se débarrasse pas du sucre si facilement. Le manque se fait rapidement sentir. C’est un véritable sevrage dont il est question. Maux de tête, irritabilité, fatigue, sautes d’humeur sont les principaux symptômes.

Mais la consommation de sucre augmente aussi les symptômes liés à la dépression et à l’anxiété.

Il est donc temps de repenser votre façon de vous alimenter et de contrôler vos apports de sucre. 


Un sevrage en 6 étapes

Si vous voulez réduire drastiquement votre consommation de sucre, augmenter votre énergie et mieux dormir, voici comment procéder :


1. Évitez de manger sucré le matin : adieu confiture, jus d’orange, même frais pressé, sirop de pommes/poires, mais aussi croissants et autres viennoiseries. Le matin, on mange des protéines (fromage blanc, fromage, œufs, jambon,..), un peu de pain gris, du vrai bon beurre (pas de margarine)


2. On boit suffisamment d’eau pendant la journée et de tisanes à la cannelle, réputée pour ses pouvoirs régulateurs de glycémie


3. On consomme des glucides complexes (pain, pâtes, riz,..) à chaque repas. Si vous mourrez d’envie de sucre, c’est parce que votre corps en réclame. Donnez-lui des glucides à libération lente pour qu’il puisse avoir du glucose régulièrement et sainement.


4. Mangez à 16h une collation sucrée comme un fruit et quelques noix, un yaourt nature dans lequel vous ajouterez une cuillère à café de miel par exemple, 3 dattes ou figues séchées.


5. Limitez vos apports en fruits à 2, maximum 3 portions par jour

6. Fuyez TOUS les édulcorants, naturels ou chimiques.
Ils induisent votre corps en erreur et vous serez encore plus attiré par le sucre par la suite. 


Avez-vous pensé au chrome ?

Cet oligo-élément est un atout efficace dans le sevrage du sucre. Il limite les envies, voire les compulsions de cette douceur trompeuse. Il améliore le fonctionnement de l’insuline, permettant ainsi une meilleure utilisation du glucose. Les cellules sont ainsi bien mieux approvisionnées en carburant essentiel.

Quel plaisir de réduire les fringales, tout en ayant de l’énergie et un appétit normal !

Si le chrome naturellement présent dans les aliments (bière, foie, noix, germe de blé,..) ne présente aucun danger pour la santé, il ne faut toutefois pas dépasser la dose recommandée.

L’attrait pour le sucre est un réel problème de santé publique. Il est nécessaire de prendre des mesures pour vous désintoxiquer. 

Références :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5708308/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28835408

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5532289/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15296075

https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/PalmaresNutriments/Fiche.aspx?doc=chrome_nu

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.