Les supers pouvoirs d'une... crevette

Le Krill, nettement supérieure aux omégas 3 de poissons.

Sur le podium des nutritionnistes et des médecins, on n’entend plus parler que d’eux, même les non-initiés aux bienfaits de l’alimentation sont au courant. Les omégas 3 et leurs extraordinaires pouvoirs sur le corps humain. Ils sont anti-inflammatoires, réduisent le stress, améliorent la mémoire, diminuent les maladies cardio-vasculaires, améliorent la sensibilité à l’insuline, fluidifient le sang,… bref, ils possèdent toutes les vertus. Ils sont indispensables. On dit qu’ils sont essentiels car seule l’alimentation peut vous fournir cette précieuse substance.

Vous les trouvez tant dans le règne végétal qu’animal mais ils n’ont pas la même structure et donc les mêmes effets, ni la même biodisponibilité. Les omégas 3 d’origine végétale se trouvent en quantité variable dans l’huile de colza, les noix, les amandes, les graines de lin, de chia, le pourpier, la mâche,… Ils contiennent ce que l’on appelle des acides gras alpha linolénique (ALA).

En ce qui concerne les omégas 3 d’origine animale, vous les trouverez dans les poissons gras comme le saumon, le thon frais, les sardines, les maquereaux, harengs, le krill… Vous les trouverez sous une forme différente appelée EPA et DHA qui sont les formes les plus intéressantes d’un point de vue métabolique. Le taux de conversion des ALA en EPA/DHA est particulièrement faible. Certains chercheurs avancent une transformation de l’ordre de 5 à 10% de l’ALA en EPA et 2 à 5% en DHA alors que d’autres, plus pessimistes, avancent un bien plus maigre pourcentage, inférieur à 1% pour les 2 types d’acides gras. Un défi donc pour les adeptes du végétarisme, voire du végétalisme. Les omégas 3 d’origine végétale sont insuffisants pour couvrir les besoins de notre organisme. Nous avons besoin des deux sources pour être en bonne santé.

La raison principale de cette faible conversion est l’hyperinsulinisme, qui touche une large majorité de la population mondiale. La delta 6 désaturase est l’enzyme qui assure la mutation des acides gras ALA en EPA/DHA. L’activité de cette enzyme est fortement inhibée lorsque votre niveau insuline s’envole. Les habitudes alimentaires déplorables, la consommation d’aliments ultra transformés, le stress chronique sont des facteurs déterminants qui vous bousillent cette hormone. En plus de vous épaissir le tour de taille à outrance, l’hyper activité de l’insuline réduira presqu’à néant vos taux d’EPA et DHA, si vos seules sources sont végétales.

Autres problèmes de taille

Vous l’aurez compris, les omégas 3 essentiels se trouvent dans la mer. Mais, en les absorbant, vous consommerez également une quantité non négligeable de métaux lourds comme le mercure ou d’autres substances ultra toxiques comme les PCB, polluant persistants qui se sont accumulés dans l’environnement, en particulier dans les sédiments marins. Nos océans sont de véritables poubelles à ciel ouvert.

Plus le poisson gras est gros, comme le thon ou le saumon, plus il accumule dans ses tissus de substances toxiques qui se retrouveront dans votre assiette et ensuite dans votre corps.

Il est très difficile, voire impossible de s’en débarrasser. Misez sur les petits poissons qui se nourrissent de plancton et sont moins farcis en poisons de toutes sortes.

Make our planet great again

Il faut également se préoccuper de notre planète et du long terme. Nos océans se vident à vitesse grand V. Les scientifiques estiment que d’ici 2050, la surpêche aura décimé les stocks de poissons qui peuplent nos océans. 2050.. C’est demain. Pouvons-nous continuer à épuiser nos ressources de la sorte ?

Mais il y a une solution bien plus intéressante qui n’affecte pas la biodiversité des océans car on en trouve de très grandes quantités : le krill. C’est la biomasse la plus large au monde (500 millions de tonnes). Il n’y a pas d’autres espèces plus répandues. Ils vivent en essaim qui atteignent parfois 10.000 à 30.000 crustacés par mètre cube. Ils se nourrissent de phytoplancton essentiellement.

En plus, la biodisponibilité des omégas 3 provenant du krill est nettement supérieure aux omégas 3 de poissons. C’est un phospholipide, ce qui permet une absorption bien plus importante, notamment au niveau du cerveau et des cellules. Le krill est bien plus intéressant que le poisson à tout niveau.

Le krill contient également de la vitamine E, de la vitamine A et de l’astaxanthine, un fabuleux antioxydant, avec un indice ORAC (capacité d’absorption des radicaux libres) 48x supérieur à l’huile de poisson !   Il a donc tout pour plaire !

Contrairement aux omégas 3 de poissons, vous n’aurez pas d’horribles reflux mal odorants puisqu’ils sont rapidement et facilement absorbés. Fini l’haleine de maquereaux à la mousse de sardines. Confort digestif absolu et discret.

Les omégas 3 sont indispensables pour votre cerveau et principalement l’EPA et DHA. Neuroprotecteurs, ils sont des soutiens inestimables contre les maladies neurodégénératives. On sait également qu’ils ont un impact sur votre humeur, sur l’anxiété et la dépression.  Moins d’omégas 3 et vos neurones dépérissent, voire meurent. Ce sont des éléments fonctionnels de toutes les membranes cellulaires. Ils doivent faire partie intégrante de votre vie, d’où l’importance de la prévention dès le plus jeune âge. Choisissez-les bien.

 

Références :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4252213/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26357480

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4404917/

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.