Raplapla ? Et si vous manquiez de vitamines B ?

La fatigue chronique est le fléau du XXIème siècle. Vous vous levez au pied de biche. La journée est à peine entamée que vous rêvez déjà de rejoindre les bras de Morphée. Tout est un effort considérable. La moindre tâche vous semble insurmontable : préparer à manger, aider vos enfants à faire leurs devoirs, même lire un livre vous fait pointer du nez après à peine deux pages. Ne parlons même pas de faire une activité sportive…

Vous pensez bien dormir car vous vous effondrez littéralement le soir sur votre couette bien douillette sans vous réveiller jusqu’au matin. L’épuisement vous pousse à manger plus sucré, car le glucose est la première source d’énergie. Hop un biscuit par ci, une barre chocolatée par-là, un soda « light » pour un petit boost caféiné fin de matinée,… Et tout cela vous fait culpabiliser bien sûr.

Ce syndrome touche des millions de personnes et les causes exactes n’ont pas encore été établies.  Pourtant de nombreux facteurs expliquent cette fragilité qui pourrit vos journées, vos soirées et vos week-ends.

La vie actuelle est de plus en plus exigeante. Nous appuyons trop sur la pédale de l’accélérateur et oublions que le frein nous permet de relâcher la pression.

Les causes externes sont étouffantes, bien réelles et souvent difficile à contourner. Votre corps s’épuise, votre mental est à bout, votre centrale énergétique est dans le rouge et vous ne voyez pas le bout du tunnel. 

Des outils mal utilisés

Ce tableau noir et très réaliste a pourtant des solutions très efficaces pour un regain d’énergie durable et renouvelable à souhait. Les aliments que vous mangez sont transformés en énergie, quand tout se passe pour le mieux. Protéines, glucides et lipides doivent subir des modifications structurelles, être découpés en micro molécules pour être capable de passer la barrière intestinale, se retrouver dans la circulation sanguine et fournir de l’énergie aux cellules. Pour que cette transformation se fasse, une armée d’enzymes, sortes de petits ciseaux, sont présents à chaque étape pour séparer toutes les molécules. Mais pour que le miracle de la digestion s’opère, il faut d’une part les enzymes, d’autre part des co-facteurs qui activent ces enzymes. Sans co-facteur, l’enzyme reste inerte, donc pas de décomposition des nutriments, donc pas de fuel pour les cellules, donc pas d’énergie.

Les vitamines et minéraux sont les co-facteurs d’activation enzymatique. Les vitamines du groupe B par exemple, sont impliquées dans l’activation de très nombreuses enzymes. Ce sont des vitamines hydrosolubles, qui ne sont pas stockées par l’organisme, sauf la vitamine B12. 

Les vitamines B sont au nombre de 8 et jouent un rôle primordial dans la production d’énergie au niveau cellulaire et du métabolisme en général : système immunitaire, système nerveux, ralentissent les maladies neurodégénératives comme Alzheimer, jouent un rôle dans la croissance des cellules et leur division, améliorent également le grain de peau et les cheveux.

D’après The Amercian Journal of Clinical Nutrition, les vitamines du groupe B ont également une action protectrice pour les personnes qui ont été intoxiquées au DDT, un pesticide extrêmement dangereux qui joue un rôle de perturbateur endocrinien et qui provoque le cancer du sein chez les femmes qui ont été exposées il y a même plus de 50 ans ! Le DDT a la particularité de rester dans le corps et dans les sols pendant des décennies, même après l’arrêt des épandages. Une complémentation en vitamines B et une alimentation biologique diminuent les risques de fausses-couches liées à son exposition et jouent un rôle détox face aux nombreux polluants (herbicides, fongicides, solvants,…) que nous ingérons, même involontairement. 

La vitamine B12 fait souvent débat car les sources les plus intéressantes se trouvent dans le règne animal, ce qui pose problème tant chez les végétariens que les végétaliens. Elle est pourtant indispensable à la régénération des globules rouges et à l’assimilation du fer. 


La clé de l'absorption optimale

L’ensemble des vitamines et minéraux se trouvent dans l’alimentation, pour autant que nos sols ne soient pas lessivés de pesticides et vidés de leurs substances nutritives. Encore faut-il qu’elle soit variée, non raffinée et qu’elle corresponde à votre style de vie.

Le secret d’une bonne absorption est lié tant à la qualité qu’à la quantité des vitamines et au facteur intrinsèque. Kesako ? Le facteur intrinsèque est une molécule produite par les parois de notre estomac qui permet l’absorption des vitamines B au niveau intestinal. Si les cellules pariétales de votre estomac ne produisent pas assez de ce facteur intrinsèque et que les vitamines sont sous représentée au niveau alimentaire, vous ne pourrez en aucun cas couvrir vos besoins. C’est une des causes majeures de malabsorption des vitamines B. Si en plus, vous souffrez d’ulcère à l’estomac, de gastrite, ou que vous avez subi une chirurgie bariatrique, vous n’absorberez que des miettes, provoquant des carences aux conséquences multiples. 


Le secret de la forme active que l'on se garde bien de vous dire 

Les vitamines n’en font pas exception, la composition et la forme active sont extrêmement importantes. Lorsque vous achetez un complément avec des vitamines B, vérifiez bien qu’il contient bien LA forme active de chaque vitamine (eh oui il faut lire les étiquettes) sinon cela ne sert à rien :

B1 :  Thiamine

B2 :  Riboflavine

B3 : Niacine

B5 : Acide pantothénique

B6 : Pyridoxine

B8 : Biotine

B9 : Acide folique

B12 : Méthylcobalamine

Réagissez dès les premiers signes de fatigue, de manque d’entrain, de déprime, de stress chronique, avant que votre corps ne vous envoie d’autres signaux, plus graves encore, qui s’installent sur la durée, et qui seront bien plus difficiles à résoudre. 

Références :

http://www.ouest-france.fr/sante/sante-la-fatigue-chronique-enfin-reconnue-comme-maladie-biologique-3218889

https://www.britannica.com/science/vitamin-B-complex

http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2017/03/09/b-vitamins-improve-brain-health.aspx?utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1&utm_campaign=20170309Z1&et_cid=DM138115&et_rid=1918082522

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16765926

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4772032/

http://sante.lefigaro.fr/article/grossesse-la-supplementation-en-vitamine-b9-insuffisante

http://www.vitamine-b12.net/facteur-intrinseque/

http://www.connersclinic.com/b-vitamins-help-detox-pesticides/

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/06/16/ddt-pesticide-d-hier-cancer-d-aujourd-hui_4655534_3244.html

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.