Découvrez nos produit pour la saison hiver  

Actifs Naturels : Coquelicot

Coquelicot (Papaver rhoeas L.)


Clarico-Text-Image
  • Alcaloïdes (0,12%) : rhoéadine (appartenant au papaverrubines et dérivé de la porphyroxine), entre autres

Rhoéadine

  • Alcaloïdes secondaires : rhoéagenine, narcotilline, somniférine...

  • Anthocyane-glycosides (colorants rouges) : mécocyanine, cyanidine et cyanine, entre autres.

  • Matières tanniques

  • Substances mucilagineuses

Flos (pétales de la fleur)

Dans le groupe des Papavéracées, il existe une douzaine de groupes alcaloïdes, chacun ayant sa structure propre. La morphine fait ainsi partie des morphinanes, tandis que les rhoéadines constituent un groupe totalement différent, dont la structure chimique est totalement différente. En doses thérapeutiques, la rhoéadine, contrairement aux dérivés morphiniques, ne crée pas d’accoutumance ni de somnolence. Il s’agit d’un léger antidouleur, mais surtout d’un excellent expectorant. 

La rhoéadine est, chose exceptionnelle dans les alcaloïdes de papavéracées, d’un rouge vif, en milieu acide tout du moins.

Les pétales présentent des caractéristiques acides, car elles contiennent également des acides de plante. La rhoéadine est un alcaloïde qui calme la toux. Il s’attaque de façon centralisée au centre de la toux, avec un très bon effet, et une toxicité pour ainsi dire nulle. De ce fait, le coquelicot est l’un des moyens phytothérapeutiques les plus efficaces et les plus utilisés contre la toux. 

Outre la rhoéadine, les pétales de la fleur contiennent également des substances mucilagineuses, qui permettent une dilution des glaires et soulagent donc la toux. 

Supprimer les glaires coriaces du système respiratoire permet d’éviter le picotement qui cause la toux. 


Le coquelicot contient également des anthocyanes, des colorants rouges, qui ont une action spasmolytique. Cette propriété contribue à l’action antitussive, et possède une action bronchodilatatoire. 


Les composantes du coquelicot sont donc actives en divers domaines:

  • Antitussif: la rhoéadine agit sur le centre de la toux dans le cerveau;

  • Mucolytique: dilution des glaires et diminution des picotements qui causent la toux.

  • Bronchodilatatoire: favorable en cas de toux asthmatique;

  • Sédatif léger.

Aucune réaction anormale si l’on respecte la posologie recommandée. 

1. Westra & Weeda. Nederlandse Oecologische Flora. IVN, Hilversum, The Netherlands (1999).

2. Dr. Geert Verhelst. Groot Handboek Geneeskrachtige Planten. Mannavita, (2004).

3. Hänsel. HAGERS HANDBUCH : Drogen. Springer Verlag, Berlin (1992).

4. Pahlow, M.A. Das Grosse Buch Der Heilpflanzen. Bechtermünz Verlag, (2000).

5. Paul Walsch. PDR for Herbal Medicines. Thomson, Montvale, USA (2000).

6. Bernath, J. Poppy : the Genus Papaver. Harwood Academic Publishers, (1998).

7. Elisabeth Williamson. Potter's Herbal Cyclopaedia. The C.W. Daniel Company, Saffron Walden, Essex, UK (2003).

8. Haslam, E. Practical Polyphenolics. Cambridge University Press, Cambridge, UK (1998).

9. Bruneton, J. Pharmacognosie. Lavoisier, Paris, France (1993).