Du mal à respirer ?

Les premiers gestes qui soulagent

L’hiver approche à grands pas. L’humidité, le froid, pas toujours glacial, nous plonge pour quelques mois dans les limbes d’une saison parfois très redoutée par nos aînés. Bactéries et virus sont à la fête et profitent de ces conditions météorologiques pour se répandre à vitesse grand V.

L’hiver apporte son lot de maux dont sinusites, bronchites, trachéites, bref les mots en « ites » qui désignent tout simplement les inflammations, respiratoires en l’occurrence et qui sont le fond de commerce des médecins généralistes en cette période. Ces affections sont monnaie courante entre octobre et fin mars.

Chaque année, 10 millions de bronchites sont diagnostiquées en France. C’est une maladie virale qui peut être la conséquence d’un rhume mal soigné.

Un affaiblissement immunitaire lié à la fatigue, au stress, à un régime alimentaire pauvre en vitamine C et en nutriments essentiels, le SMOG (mot anglais pour désigner un brouillard épais provenant d’un mélange de polluants) sont autant de facteurs qui peuvent déclencher la maladie.

Toux, expectorations visqueuses transparentes voire jaunâtres, fatigue, courbatures, douleurs à la poitrine,… Cette inflammation des bronches empêche de respirer normalement à cause de la présence de mucus qui obstrue les bronches. Un essoufflement anormal, surtout en position couchée, vient vous achever. Le confort de la respiration devient une urgence. Ouvrir ses poumons, ne plus sentir d’obstruction, voilà le défi numéro 1 pour le malade qui peine à respirer le jour mais aussi la nuit. 

La respiration profonde, un défi quotidien 

Il n’y a pas que les infections hivernales qui vous empêche de respirer librement. Certaines personnes souffrent toute l’année. Avez-vous entendu parler de BPCO ? Près de 3 millions de personnes sont touchées en France. Progressive et insidieuse, elle s’immisce dans votre vie sans crier gare. La broncho pneumopathie chronique obstructive est une maladie pulmonaire qui obstrue les voies aériennes, vous empêchant de respirer normalement. Cette maladie tue encore aujourd’hui, plus que la grippe. Deux causes connues sont pointées du doigt. L’une est plus ou moins évitable, l’autre beaucoup moins.

La première est le tabagisme, véritable fléau, qui vous insuffle près de 4000 composés chimiques à chaque bouffée, dont 50 sont cancérigènes. Nicotine pour être certain que vous ne décrochiez pas, mais aussi pesticides, ammoniaque, cadmium, benzopyrène, méthanol, arsenic, polonium (radio actif),… Si tout ce beau petit cocktail ne vous rebute pas, continuez à fumer.

Vous êtes non-fumeur mais vous vivez avec un fumeur ? Vous présenterez également des risques car le tabagisme passif présente les mêmes dangers. D’après l’OMS, il est responsable de 600.000 décès par an, dont 28% sont des enfants. Avant d’enfumer votre entourage pour votre plaisir solitaire, réfléchissez-y à deux fois.

La 2ème cause, c’est la pollution de l’air. Ne vous croyez pas à l’abri à l’intérieur, vous seriez surpris par la quantité de produits toxiques présents dans votre maison. Entre les acariens, les animaux domestiques, les COV ou composants organiques volatils, les produits de nettoyage, les moisissures, les tapis pleins de poussière, le radon, nombreuses sont les sources de polluants que vous respirez chaque jour.

L’air extérieur, que vous habitiez en ville ou à la campagne et en fonction de la saison (chaleur, froid, vent,..), variera en qualité. Ozone, particules fines, métaux lourds, pollens, pesticides…viendront encombrer vos bronches à votre insu.

Les substances toxiques inhalées ne manquent pas et se répercutent inévitablement sur votre capacité à vous oxygéner correctement. D’après l’OMS, la pollution de l’air représente un risque environnemental majeur pour la santé. 


Les premiers gestes qui soulagent 

Quelques mesures simples peuvent être rapidement mises en place pour vous soulager :

-          Tout d’abord, du repos. Vous êtes fatigué, essoufflé, votre corps n’en peut plus. Vous devez lever le pied. Récupérer de l’énergie en ne dépensant pas celle que vous n’avez pas. Repos mental, repos physique, vous avez besoin d’un sommeil récupérateur, difficile quand vous êtes essoufflé. Dormez alors semi-couché pour ouvrir le mieux possible les voies respiratoires et profiter d’un meilleur confort.

 

-          Hydratez-vous bien, avec des boissons chaudes comme des tisanes de thym par exemple.

 

-          Achetez un humidificateur pour maintenir un taux d’humidité de 30 à 50%, ce qui va favoriser la liquéfaction du mucus et son expectoration. Vous pouvez prendre un bain chaud également, qui aura les mêmes effets.

 

-          Le matin aérez bien votre chambre pendant 15 minutes, pas plus, pour éviter de la condensation et donc la prolifération de champignons.

 

-          Ne fumez pas, cela va sans dire mais les plus accros auront du mal à résister à la tentation.

Mais saviez-vous que le curcuma, les feuilles de myrte, le thym, l’écorce de cannelle et l’épinette noire ont des vertus antiseptiques, expectorantes et anti-inflammatoires ? Que la combinaison de ces plantes vous soulagera grandement et vous aidera à récupérer plus rapidement ?

Le curcuma, ou plutôt la curcumine, est un anti-inflammatoire extraordinaire et un puissant antioxydant. Il est recommandé pour soulager efficacement l’asthme bronchique. Il y a une nette amélioration de la fonction pulmonaire. Efficace et sûre, la curcumine est un must pour lutter contre tout type d’inflammation.

L’huile essentielle de myrtedécongestionne les voies respiratoires. Elle est anti-infectieuse et antiseptique à la fois. Elle possède des propriétés expectorantes, mucolytiques et antitussives. Utilisée depuis la nuit des temps pour traiter les diarrhées, les hémorroïdes et les ulcères, elle est aussi très intéressante pour toute la sphère pulmonaire.

Le thym évidemment. Très connu par nos grands-mères qui, dès les premiers symptômes, vous faisaient boire une bonne tisane au thym pour soulager les maux. Elles ne le savaient peut-être pas mais cette plante a des atouts antimicrobiens fabuleux. Il a également un effet antispasmodique.

La véritable cannelle de Ceylan est un anti-infectieux à large spectre. Activité antimicrobienne, antiparasitaire, antiseptique, anti-inflammatoire. Cela dit, sans préciser ses effets sur la réduction du glucose sanguin et son effet bénéfique sur la réduction du cholestérol sérique et de la tension artérielle. Un concentré de vertus et un atout incontournable pour vos poumons en souffrance.

Les aiguilles de l’épinette noire enfin ou épicéa noir ou encore sapinette noire vient d’un conifère qui pousse au nord des Etats-Unis et surtout au Canada. L’huile essentielle qui en est extraite stimule la fonction surrénale. Coup de fouet contre la fatigue d’une part, c’est également un anti-inflammatoire puissant. Cette plante possède aussi des effets décongestionnants et analgésiques. Très intéressante également pour un confort pulmonaire optimal.

Ne voyez plus l’hiver comme une traversée du désert. Vous avez tous les outils pour profiter pleinement de cette belle saison. Vivez au grand air ! Quand vous êtes fatigué, dormez. Mangez équilibré et vous arriverez frais comme un gardon au printemps. 


Références :

https://bpco-asso.com/bpco-2/quest-ce-que-la-bpco/

http://www.cnct.fr/impact-sur-la-sante-72/la-composition-de-la-fumee-de-tabac-1-17.html

https://www.tabac-info-service.fr/Vos-questions-Nos-reponses/04_Questions-mises-en-ligne/composition-d-une-cigarette

http://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/ambient-(outdoor)-air-quality-and-health

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19594223

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4190737/

https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/HuilesEssentielles/Fiche.aspx?doc=huile-essentielle-myrte-vert

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25446467

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24497171

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22103288

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22313307

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3854496/

 

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.





                                                     Découvrez notre complément PhytLIBRE