Maux d'estomac

Un cercle très vicieux

Dans le top 10 des médicaments les plus prescrits, on trouve les IPP ou inhibiteurs de pompe à protons. Ces petites pilules « miracle » qui soulagent du reflux gastrique en moins de 24H ont été prescrites à plus de 2 millions de belges en 2016. Ne plus avoir la gorge en feu, quelle délivrance ! Imaginez la douleur, l’inconfort qui disparaît en un coup de baguette magique. Sans se soucier d’où provient la providence, le traitement se poursuit souvent pendant des années. Et pourtant, ce que vous pourriez découvrir dans le secret de vos entrailles vous inciterait à remettre en question cette médication.

Votre estomac vous parle. Il hurle qu’il a mal, depuis longtemps, vous empêchant de dormir, vous surprenant après un dîner bien arrosé, voire dès le matin avant la première bouchée. Alors écoutez-le ! Votre corps envoie des signaux et libre à vous de les prendre en considération, de manière naturelle ou à la manière forte, exigeant que celui-ci cède et vous obéisse grâce à la chimie salvatrice. Méfiez-vous des eaux dormantes.

En plus d’être invalidante, l’acidité gastrique peut modifier votre voix, colorer vos dents, augmenter l’asthme, provoquer une toux chronique, donner mauvaise haleine ou dégénérer en cancer de l’œsophage.

L’industrie pharmaceutique surfe sur la vague rentabilité grâce aux RGO (reflux gastrique œsophagien) car en plus des IPP soumis à la prescription, il existe une palette d’autres médicaments en vente libre : les antiacides qui neutralisent l’acidité et les anti-h2 qui diminuent la quantité d’acide produite par l’estomac. Et il y a de la demande bien évidemment.

Les causes du RGO sont nombreuses. Vous pouvez souffrir d’hernie hiatale ou d’un Helicobacter pylori, bactérie qui provoque une gastrite chronique et qui est responsable de 7 ulcères sur 10. Très répandue, l’Helicobacter pylori vit exclusivement dans l’estomac et résiste donc très bien à son acidité. Le traitement se limite généralement à la prise d’antibiotiques et d’IPP. Il y a encore beaucoup d’autres raisons comme une alimentation déséquilibrée. Le sucre par exemple met le feu aux poudres, tout comme l’alcool, le café, les sodas, les plats très épicés, le sel, le chocolat hélas,…. Mais ce n’est pas tout. Le stress vous broie l’estomac, les anti-inflammatoires aussi. L’acidité peut également venir d’un intestin irritable et irrité, problème viscéral tout à fait réversible. 

Méfiez-vous des IPP 

Prescrits comme des bonbons, les IPP ont pourtant de très nombreux effets secondaires, qui dans l’allopathie la plus traditionnelle, seront résolus avec d’autres médicaments. Un cercle vicieux, sans fin. Le corps se rebelle mais on ne l’écoute pas. Suffit-il de taire un signal émis par notre corps pour que le problème se résolve sans conséquence ? C’est mal comprendre la nature du corps humain. Le confort est rapide et n’incite pas le patient à réagir outre mesure pour se débarrasser des pilules salutaires.

En réduisant artificiellement l’acidité de l’estomac, ce sont les protéines qui seront mal décomposées, reportant la charge sur l’intestin grêle et ensuite sur le côlon. Une fois arrivées en bout de course, ces protéines mal digérées vont enchanter les bactéries de putréfaction, qui, de par les métabolites qu’elles produisent, augmentent les risques de côlon irritable : diarrhées ou au contraire constipation, anxiété, insomnies, …. L’axe cerveau intestin en prend pour son grade. Mais ne vous inquiétez pas, il y aura toujours les anxiolytiques et les somnifères. 

Une réponse naturelle a un problème fonctionnel

Et si la nature nous offrait une solution efficace, sans effet secondaire ? Et si les plantes utilisées depuis la nuit des temps pouvaient réellement soulager les patients souffrant de reflux gastrique, de dyspepsie, de crampes intestinales ou d’ulcères à l’estomac ?

Commençons par l’Achillea millefolium, utilisée en phytothérapie aux quatre coins du monde, qui contient non loin de 80 composants et principes actifs. Cette plante vivace soulage les troubles digestifs, les spasmes de l’estomac et de l’intestin, a des effets protecteurs de la muqueuse gastrique, possède une action efficace contre l’HP  et stimule la production de bile. L’huile essentielle tirée de cette plante est contre-indiquée chez les femmes enceintes et chez les enfants de moins d’1 an.

Les graines de Coriandrum sativum quant à elles, ont des propriétés carminatives (elles permettent d’évacuer les gaz intestinaux), antioxydantes, antibactériennes, antifongiques et réduisent les ulcères. La coriandre diminue donc les ballonnements et les spasmes intestinaux. Elle favorise un confort digestif optimal.

L’Ocimum basilicum (basilic) regorge de vertus lui aussi. Il est une excellente source de flavonoïdes favorisant une action antispasmodique, carminative et antiseptique. Il ralentit la motilité intestinale et réduit donc les diarrhées. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il exerce aussi une action anti histaminique pour lutter contre les allergies alimentaires.

La combinaison de ces 3 super plantes aromatiques, dans des concentrations bien étudiées et calculées, vous permet de vous soulager des principaux maux liés une digestion laborieuse. Combinées à une révision de votre alimentation et à un style de vie plus sain, moins sujet au stress, vous pourrez vous libérer du poids des douleurs, remontées acides et inconforts digestifs. La science naturelle, qui atténue par le bon sens et non par l’entrave des signaux que notre corps émet, vous permet de vous protéger des conséquences liées à la seule prescription allopathique simple.

 

Références :

http://www.helicobacter.fr/index.php/informations-sur-helicobacter-pylori/quelles-sont-les-maladies-associees-a-h-pylori

https://www.revmed.ch/RMS/2015/RMS-N-485/Inhibiteurs-de-la-pompe-a-protons-IPP-peut-etre-pas-si-inoffensifs-que-cela

http://pubmedcentralcanada.ca/pmcc/articles/PMC3690626/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22151891

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3232110/

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2221169115000647

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/demence-gare-aux-medicaments-anti-reflux-gastriques_30994


 

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.





                                                     Découvrez notre complément PhytoGAST