Découvrez nos produit pour la saison hiver  

Ça y est : vous pouvez vous jeter sur les cerises

Chère lectrice, cher lecteur,

Au moment où je vous écris, là où je suis, c’est une semaine magnifique : les cerisiers sont enfin en fleurs.

C’est pour moi la plus belle période de l’année… Il fait un temps idéal, ni trop chaud ni trop frais, et ce bel arbre ne s’y trompe pas.

Il se trouve que je n’apprécie pas seulement l’arbre, mais aussi le fruit, qui est excellent pour la santé !

En effet, il est plein à craquer d’une sorte d’antioxydant très précieux, les anthocyanes, qui peuvent vraiment faire la différence pour vous, même à court terme.

Mais c’est sans compter qu’il existe aujourd’hui des hurluberlus qui cherchent à vous dissuader de prendre des antioxydants…

Aussi, avant de vous détailler pourquoi vous aurez bien raison de vous mettre des cerises plein la lampe, je voudrais vous adresser un petit mot à ce sujet.


Les antioxydants, des amis pour la vie

Vous le savez probablement, et surtout si vous êtes fidèle lecteur de cette lettre, que votre bonne santé dépend de deux facteurs importants, dont l’importance augemente beaucoup avec l’âge.

Le premier, c’est l’alimentation, qui permet de faire fonctionner vos organes correctement, et qui assure aussi leur fonctionnement entre eux, via le système endocrinien, principalement.

Le second facteur est ce que nous appellerons ici le nettoyage de vos cellules.

En effet, vos cellules utilisent de l’oxygène dans leurs petites centrales électriques intérieures, que l’on appelle les mitochondries. Cela leur permet de brûler l’énergie dont elles ont besoin.

Mais la contrepartie à cela est que cet oxygène, en brûlant, laisse des résidus dans vos cellules, comme une espèce de rouille, que l’on appelle les radicaux libres.

Les radicaux libres, terreur de vos cellules

Je prends régulièrement cet exemple de la rouille, car, comme les radicaux libres, la rouille est le résultat d’une oxydation (celle du fer).

Mais les radicaux libres ont une action encore plus nocive que la rouille, qui peut certes peut ronger des chaînes ou des coques de bateaux, mais qui n’est qu’un résidu inerte.

Les radicaux libres sont des molécules qui ont perdu une charge électrique et qui sont attirés par les autres molécules pour la leur chiper.

Ce n’est pas en soi un phénomène vivant : c’est comme si vous retiriez un morceau d’un bout de fer et qu’il devenait d’un coup un aimant.

Or, lorsque les radicaux libres s’accolent à des molécules saines pour rattraper leur manque électrique, ils détissent aussi ces molécules qui deviennent des radicaux libres à leur tour, provoquant une réaction en chaîne dangereuse.

D’autant que si les radicaux libres ne sont pas traités à même vos cellules, ils s’accumulent jusqu’à ce que la cellule s’autodétruise.

Mais si vos cellules s’autodétruisent trop souvent – et d’autant plus si les radicaux libres endommagent leur capacité reproductive – cela multiplie les risques d’erreur de reproduction (donc de cancer).

De plus, les cellules n’ont qu’un matériel génétique limité pour se reproduire. Plus elles l’utilisent, plus elles ralentissent leur reproduction pour ne pas l’épuiser. 

Le vieillissement consiste précisément dans le fait que votre corps fonctionne avec des cellules de plus en plus anciennes, qui ont ralenti leur reproduction pour que votre corps continue de fonctionner.

Un nettoyage permanent et indispensable

Votre corps fabrique des molécules antioxydantes en permanence, pour faire en sorte que vos cellules ne se délitent ni ne s’encombrent de ces radicaux libres qui les déchirent de l’intérieur.

L’antioxydant ultra-puissant que fabrique votre corps s’appelle le glutathion. Il est produit par votre foie.

C’est le premier rempart contre la vieillesse, le cancer et les maladies dégénératives, comme la DMLA qui touche les yeux, les maladies de Parkinson ou d’Alzheimer.

Comme tous les autres éléments importants du corps, il est de moins en moins fabriqué avec l’âge. Voilà pourquoi il n’est pas inutile de vous complémenter, le cas échéant.

Aujourd’hui, ce qui se fait de mieux en termes de nutrition est le liposome, c’est-à-dire que les nutriments sont encapsulés dans une double couche de graisse précieuse, la même que celles des parois de vos cellules.

Ceci garantit une absorption des nutriments à près de 100% par vos intestins : ainsi, vous êtes protégé contre une déperdition fatale.

Pour avoir accès à un glutathion liposomé de la meilleure qualité, il vous suffit de cliquer ici.      

Toutefois, soyez rassuré(e), vous pouvez nettoyer vos cellules au jour le jour, en mangeant et en buvant des aliments riches en antioxydants. C’est ce qui a fait le fameux succès du régime crétois, ou méditerranéen.

Des trésors pour votre santé : attrapez-les tous !

Les antioxydants se trouvent spécifiquement dans les tanins des fruits et des légumes. C’est ce qui explique qu’une alimentation colorée, fraîche et végétale est ce qu’il y a de meilleur pour votre santé.

Sauf que dernièrement, j’ai entendu un prétendu spécialiste en santé naturelle – conseillé par un naturopathe notoirement « bidon » – nous dire que vous devriez vous passer de compléments alimentaires antioxydants.

Alors, soyons clairs : il n’est pas recommandé de prendre en permanence des compléments antioxydants, car il est bon que le corps continue à fabriquer du glutathion pour répondre aux attaques extérieures.

Voilà pourquoi, si vous appréciez l’eau hydrogénée par exemple, qui a un fort potentiel antioxydant, il est important d’en faire des cures, mais pas d’en prendre constamment, au risque de rendre votre corps « fainéant ».

Vous arriveriez ainsi à l’effet inverse de celui recherché : à savoir que vous seriez naturellement immuno-déprimé à force de trop prendre d’antioxydants.

Mais nous parlons ici de consommation très excessive. De plus, cela n’a pas empêché le prix Nobel Linus Pauling, ardent consommateur de vitamine C, très antioxydante, de vivre quasi-centenaire…

Pourquoi les antioxydants, c’est au quotidien

Comme je vous l’ai dit : l’alimentation la plus saine qui soit est une alimentation pleine d’antioxydants.

C’est elle qui supplée aux besoins énormes de votre organisme, d’autant plus si vous faites beaucoup de sport, ou si avancez en âge.

Maintenant, je le répète assez régulièrement : notre alimentation industrielle est de moins en moins riche, notamment en antioxydants. D’où l’importance de vous complémenter.

Or il ne vous aura pas échappé que les jeunes ressentent peu le besoin de se complémenter en vitamines, minéraux et autres molécules précieuses…

En effet, c’est surtout à partir de 30 ans que se fait ressentir le besoin d’une alimentation plus équilibrée, plus riche en particules indispensables à la vie.

A moins d’arriver à des excès considérables, je ne vois pas en quoi une alimentation riche en antioxydants pourrait vous nuire, d’autant que certaines vitamines et minéraux indispensables à la vie sont des antioxydants.

C’est le cas par exemple des vitamines A, C et E, mais aussi du zinc et du sélénium.

N’oubliez pas les cerises

Pour ce qui est des cerises, elles ont plusieurs avantages santé qui ne sont pas négligeables. Mais n’oubliez pas que consommées en excès, elles peuvent accélérer grandement votre transit…

Déjà, les cerises sont moins sucrées que leur goût ne le laisse paraître. Or si elles peuvent vous détourner des sucreries et d’une consommation excessive de chocolat, c’est déjà ça de gagné.

Mais elles sont surtout très riches en anthocyanes, une forme d’antioxydant qui est excellente pour la santé de vos yeux. Cela a été attesté dans une étude de référence parue en 2004[1].

Ce sont les anthocyanes qui donnent leur belle couleur sombre aux myrtilles et autres fruits des bois, ainsi que la couleur violacée qui peut apparaître sur les meilleures feuilles de salade – et qui les fait adorer des chèvres !

Mais, cerise sur le gâteau, si j’ose dire, la cerise est également un anti-inflammatoire de premier plan.

L’aglycon que contient la cerise ordinaire a fait preuve, après étude, d’une meilleure activité anti-inflammatoire que l’aspirine, ce que les scientifiques savent depuis une étude datant d’un il y a plus de 20 ans[2].

Quel dommage que personne n’en ait parlé jusqu’ici ! Il aurait été possible de produire un aspirine naturel qui fasse fi des allergies à l’aspirine et aux anti-inflammatoires non-stéroïdiens.

Hélas, il semble que ce projet, depuis lors, soit resté lettre morte. Que cela ne vous empêche pas de profiter des cerises de votre jardin !

Et n’oubliez pas, si vous cuisez vos cerises pour faire un clafoutis, il y a peu de chances que vous puissiez profiter de leurs bienfaits (même si c’est drôlement bon, le clafoutis…)

Marc Turenne


Sources

[1] Blando, Federica; Gerardi, Carmela; Nicoletti, Isabella (2004). Sour Cherry (Prunus cerasus L) Anthocyanins as Ingredients for Functional Foods. Journal of Biomedicine and Biotechnology, 2004(5), 253–258.

[2] Wang, Haibo; Nair, Muraleedharan G.; Strasburg, Gale M.; Chang, Yu-Chen; Booren, Alden M.; Gray, J. Ian; DeWitt, David L. (1999). Antioxidant and Antiinflammatory Activities of Anthocyanins and Their Aglycon, Cyanidin, from Tart Cherries. , 62(2), 294–296.


Marc Turenne 5 mai, 2023
Partager ce poste
Archiver
Se connecter pour laisser un commentaire.

Astuces anti-ronflement