Découvrez nos produits pour vous accompagner cet été ! 

Oméga-3 : les poissons gras sont-ils encore la meilleure source ?

Si vous vous souciez de votre cœur, de votre cerveau ou de vos yeux, vous connaissez sans aucun doute les oméga-3. C’est une référence dans la santé naturelle, leurs bienfaits ont été prouvés par des milliers d’études scientifiques[1].

Les poissons gras sont-ils encore la meilleure source d’oméga-3 ?

Oméga-3 et pollution des océans

Mais le grand problème des oméga-3, c’est la vulnérabilité de leur source principale. C’est-à-dire des poissons gras comme les saumons, les sardines, les anchois, les maquereaux ou les harengs.

A cause de la pollution incessante et grandissante des océans, les sources principales des oméga-3 sont elles-aussi polluées. 

Et les conséquences sont dramatiques. Les mers et océans sont si pollués que les esquimaux tombent malades[2].

mer et pollution

Depuis des années, les esquimaux étaient pourtant cités en exemple. Le monde entier attribuait leur absence de maladie cardiaque à leur régime alimentaire[3], composé principalement de poissons riches en oméga-3[4]. Mais, il y a quelques années, une étude a montré que la pollution commençait à les atteindre sérieusement[5]. 

A force de manger du poisson, on a retrouvé dans le sang des esquimaux au nord du Québec la présence de mercure, de toxines et de plomb. Elle est si forte qu’ils perdent en QI et développent de l’hyperactivité[6].

Oméga-3 : d’où vient la pollution des mers et océans ?

Un des plus grands polluant des océans c’est le mercure. Il vient de la production des piles électriques, des thermomètres, des lampes fluorescentes et de nombreux équipements électroniques[7]. 

Mais il y a aussi les exploitations agricoles et minières, en particulier l’extraction d’or. Sans compter les déchets des navires et la combustion des fossiles[8]. Et ça, ce n'est que pour le mercure.

  • Dans un saumon d’élevage riche en oméga-3 on retrouve aussi du PCB. Des polluants si dangereux qu’ils sont interdits depuis 1987 en Europe[9]. 
  • Dans les harengs on trouve du mercure et également du PCB. Tout comme dans les truites et les maquereaux[10].

Cette pollution est si forte que même la Suisse, un des pays les plus respectueux de l’environnement au monde, est touchée. Une étude a montré que manger un poisson d’eau douce sauvage en Suisse reviendrait à boire de l’eau polluée pendant un mois[11].

Que faire pour avoir vos apports en oméga-3 sans s'empoisonner ?

Après avoir lu ces mauvaises nouvelles pour l’environnement, vous vous demandez comment vous procurer de bons oméga-3. En effet les oméga-3 sont excellents pour la santé. En particulier pour la santé du cerveau, des yeux et du cœur.

Mais si les poissons gras sont maintenant si mauvais pour la santé, comment faire ?La bonne nouvelle c’est qu’il existe une solution 100% d’origine naturelle garantie sans pesticide ni mercure ou PCB.

Les oméga-3 sont des composants essentiel pour le cerveau 

Un célèbre docteur et fondateur de l'Institut de recherche d’éducation à la santé du cerveau explique que les neurones de notre cerveau forment un mur de briques.

Ces briques peuvent être partiellement détruites suite à un violent traumatisme crânien. Elles peuvent aussi simplement s’effriter avec le temps, accélérant le déclin de nos capacités intellectuelles et le développement de maladies neurodégénératives comme Alzheimer et Parkinson.

Les briques de notre cerveau sont composées en partie par des acides gras oméga-3. Le DHA (acide docosahexanoïque) est une forme d’acides gras oméga-3 qui représente environ 15 à 20% du cortex cérébral (ou substance grise du cerveau). On en trouve aussi une grande quantité dans nos neurones et dans les cellules du système nerveux central.

Plusieurs mécanismes expliquent le rôle majeur joué par les oméga-3 sur le fonctionnement de notre cerveau. Les études suggèrent que les acides gras
oméga-3 :

  • Un ralentissent l’apoptose, la mort des cellules dans le cerveau [12].
  • Ils contribuent au bon fonctionnement du cerveau [13]. 

Quelles sont les conséquences d'une carence en oméga-3 ?

Si vous manquez d’oméga-3, vos neurones se rigidifient car le cholestérol et les oméga-6 remplacent dans la membrane des neurones les oméga-3 manquants. Ils sont également plus sensibles aux méfaits causés par l’inflammation. 

Dans ces conditions, vos neurones ne sont plus en mesure de jouer leur rôle dans la transmission de l’influx nerveux et ils meurent plus rapidement.

Lorsque vous prenez des acides gras oméga-3 (dans votre alimentation ou sous forme de supplément nutritionnel), vous donnez à votre cerveau la matière dont il a besoin pour colmater naturellement les effritements qui le fragilisent et accélèrent son vieillissement.

Comment les oméga-3 aident au développement du cerveau ?

Vous avez déjà entendu dire que « manger du poisson rend plus intelligent », c’est parce que les acides gras oméga-3 représentent 30% des phospholipides qui composent les membranes du cerveau, indispensables à son bon fonctionnement [14].

Selon un professeur spécialiste du cerveau, l’augmentation de la consommation d’oméga-3, en particulier sous la forme DHA, a joué un rôle déterminant dans le développement du cerveau et de l’intelligence humaine au cours de l’évolution.

A l’échelle d’une vie humaine, le niveau de consommation d’oméga-3 influence de manière considérable le développement de notre cerveau.

Des chercheurs américains ont analysé les données de 1 111 femmes et ont observé que les participantes dont les niveaux sanguins d'acides gras oméga-3 étaient les plus élevés avaient un volume cérébral plus important. 

De plus, sur une période de 8 ans, le volume de leur hippocampe avait augmenté de 2,7% [15].

oméga-3 et cerveau

L’hippocampe est l’aire cérébrale qui joue un rôle important dans la mémoire et dans l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Une autre étude a montré une amélioration significative de la fluidité de la parole chez les personnes ayant pris 800 mg de DHA par jour pendant quatre mois par rapport à celles ayant reçu un placebo [16].

La consommation d’oméga-3 est indispensable à tous les âges. Mais elle est encore plus importante à certaines périodes de la vie. Par exemple, les nutritionnistes recommandent aux femmes enceintes une alimentation riche en oméga-3 afin que le cerveau de leur bébé se forme correctement.

Les oméga-3 sont indispensables pour conserver toutes vos capacités intellectuelles. En soutenant vos neurones, vous restez indépendant le plus longtemps possible et vous diminuez le risque de troubles liés au vieillissement cérébral.

Mais ce n’est pas tout car les oméga-3 sont l’un des nutriments santé les plus complets. Ils jouent un rôle clé pour notre cœur, notre vision et toutes les cellules de notre corps.

Les oméga-3 sont l’un des nutriments les plus complets 

Les oméga-3 ont des vertus au niveau du cœur également. Ils maintiennent votre santé cardiovasculaire.

En 2006, une étude japonaise portant sur plus de 40 000 hommes et femmes pendant 11 ans a démontré que les personnes qui mangeaient la plus grande quantité de poissons riches en oméga-3 maintenaient plus facilement leur cœur en bonne santé [17].

D'après les chercheurs, ce phénomène s’explique par le fait que les oméga-3 exercent une influence majeure sur les principaux facteurs de risque cardiovasculaire. Ils réduisent le mauvais cholestérol (LDL) et augmentent le bon cholestérol (HDL).

Combien faut-il avaler d'oméga-3 par jour ? 

D'après les spécialistes, nous devrions recevoir environ 2 200 mg d’oméga-3 par jour pour satisfaire nos besoins physiologiques[18]. Pour obtenir cette quantité d’oméga-3, il faudrait consommer 400 g de poisson frais, ce qui correspond à deux repas par semaine.
 
Mais ces poissons, sont de plus en plus chargés de toxines (PCB), de dioxine et mercure, dangereux pour notre système nerveux. Heureusement, il existe un moyen plus économique, sûr et efficace pour augmenter vos apports en oméga-3 et profiter de leurs bienfaits sur votre santé.

Oméga-3 : quelle alternative ?

Une grande étude menée aux Etats-Unis a évalué l’effet des oméga-3 sur 70 450 individus âgés de 50 à 76 ans. La cohorte a été suivie pendant 4 ans. Sans surprise, les personnes qui avaient les apports les plus élevés en oméga-3 avaient un risque plus faible d’avoir une maladie cardiovasculaire.

Mais la découverte la plus intéressante faite par les chercheurs est que ce bénéfice est le même lorsque les oméga-3 sont issus du poisson ou de compléments alimentaires [19].

Un autre avantage de la prise d’oméga-3 en compléments alimentaires est qu’ils sont purifiés pour éliminer les métaux lourds, les dioxines et les PCB. Ils ne posent donc pas les mêmes problèmes toxicologiques que les poissons.

Oméga Krill

Prendre des oméga-3 sous forme de compléments alimentaires est donc aussi efficace et plus sûr que manger du poisson.

C’est sur la base de ces critères que le laboratoire Perfect Health Solutions a conçu OmégaKrill.

En savoir plus


Sources :
[1] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/?term=om%C3%A9ga-3
[2] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969714011395
[3] Bjerregaard, P. et al. (1983). The circumpolar Inuit: health of a population in transition. Copenhagen: Munksgaard
[4] Kromann, N. & Green, A. (1980). Epidemiological studies in the Upernavik district, Greenland. Acta Medica Scandinavica, 208, 401-406
[5] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969714011395
[6] htps://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969714011395
[7] https://www.epa.gov/mercury/sources-mercury-pollution
[8] https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/mercury-and-health
[9] https://www.ecologie.gouv.fr/substances-soumises-la-convention-stockholm-polluants-organiques-persistants-pop
[10] Agence américaine de protection de l'environnement
[11] https://www.rts.ch/info/regions/13711226-en-suisse-aussi-manger-un-poisson-deau-douce-revient-a-boire-de-leau-polluee-pendant-un-mois.html

[12] Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids. 2010 Apr-Jun; 82(4-6): 165–172.
[13] Biochem J. 2011 April 15; 435(2): 327–336.
[14] F. Gomez-Pinilla, Dietary omega-3 fatty acids can affect synaptic plasticity and cognition, in Brain Foods : the effects of nutrients on brain function, Nature Reviews Neuroscience 9, 568-578, Juillet 2008
[15] Pottala JV, Yaffe K, Robinson JG, Espeland MA, Wallace R, Harris WS. Higher RBC EPA + DHA corresponds with larger total brain and hippocampal volumes: WHIMS-MRI Study. Neurology. 2014 Feb 4;82(5):435-42.
[16] Nutritional Neuroscience 2008 Apr;11(2):75-83
[17] Iso, H., Kobayashi, M., Ishihara, J., Sasaki, S., Okada, K., Kita, Y., ... & Tsugane, S. (2006). Intake of fish and n3 fatty acids and risk of coronary heart disease among Japanese the Japan Public Health Center-Based (JPHC) Study Cohort I. Circulation, 113(2), 195-202
[18] Sayda MH, Phillips BE, Williams JP, Greenhaff PL, Wilkinson DJ, Smith K, Atherton PJ. Associations between Plasma Branched Chain Amino Acids and Health Biomarkers in Response to Resistance Exercise Training Across Age. Nutrients. 2020; 12(10):3029
.
[19] Am. J. Epidemiol. (2014) 179 (6): 710-720. Intake of Long-Chain ω-3 Fatty Acids From Diet and Supplements in Relation to Mortality Griffith A. Bell*, Elizabeth D. Kantor, Johanna W. Lampe, Alan R. Kristal, Susan R. Heckbert and Emily White 



Delaporte Marine 7 avril, 2023
Partager ce poste
Archiver
Se connecter pour laisser un commentaire.

Le pouvoir du lait maternel