Le scandale des médicaments anti-reflux

Les antiacides

Vous avez pris des antiacides sur une longue période ? Et bien mauvaise nouvelle pour vous. Vous venez de doubler votre risque de développer un cancer de l’estomac ! Après des années à vous battre contre cette amère douleur, vous vous battrez dorénavant contre plus fort que vous !

Michelle, 48 ans, souffre depuis plusieurs mois de douleurs intenses à l’estomac. Son reflux lui brûle l’œsophage et accentue son asthme même. Avant de consulter, elle avait remarqué une toux sèche et persistante. Elle pensait à une angine de poitrine mais son généraliste soupçonnait quelque chose de plus grave. Il l’envoya faire une gastroscopie pour vérifier son diagnostic. L’œsophagite ne faisait plus aucun doute. Mais ils découvrirent également un Helicobacter Pylori responsable d’un bel ulcère. Le diagnostic établi, son médecin lui prescrit deux médicaments : un IPP (inhibiteur de pompe à proton) et un antibiotique. La boite de pandore était ouverte…

En effet, une fois les traitements pris, les symptômes ont disparu… dans un premier temps.  Mais ses soucis de santé étaient loin d’être enterrés pour de bon.

Les IPP sont des médicaments prescrits pour diminuer l’acidité gastrique et sont parmi les produits phares de l’industrie du médicament.  Ils rapportent gros et ils rapportent pendant des années car les traitements sur le long terme sont monnaie courante.

Les IPP sont également prescrits hors indication dans 15% des cas, de façon tout à fait injustifiée. Double peine pour le pauvre patient qui met tout son espoir dans son médecin traitant qui est, lui-même doublement à côté de la plaque. 

Un effet boomerang

Le retour de manivelle s’est très rapidement fait sentir après l’arrêt du traitement. De violentes remontées acides lui brûlèrent l’œsophage. C’est l’ « effet rebond » qui se produit après l’arrêt du traitement chez de nombreux patients. On observe alors une augmentation des sécrétions acides. L’estomac se rebelle et produit plus d’acide qu’avant. Ce qui démontre bien qu’en bridant l’activité d’un organe, on ne règle pas la maladie. Au contraire, le corps s’adapte et riposte sans tarder.

Mais les IPP sont bien plus vicieux que cela. Méfiez-vous en comme de la peste ! Le monde médical les prescrit comme des bonbons Napoléon. Et pourtant, votre dépendance à ce genre de molécule va modifier toute votre digestion, réduire l’absorption de vitamines et minéraux, voire provoquer des problèmes cardiaques gravissimes !  

Faites une croix sur le calcium, le fer, la vitamine B12 et le magnésium. En prenant ce genre de médicament, vous augmenterez donc notablement les risques de fractures osseuses mais aussi votre sensibilité au stress et à la dépression.

Vous reprendrez bien un peu d’acide ?

Maintenir un niveau d’acidité de l’estomac est pourtant essentiel pour détruire germes et bactéries pathogènes. C’est un mécanisme de sécurité. Ce qu’on oublie de vous dire, c’est dans une grande majorité des cas, les symptômes du RGO sont provoqués par un manque d’acidité dans l’estomac, extraordinaire opportunité de développement bactérien à l’origine des inconforts et des douleurs. Si vous voulez mettre de l’huile sur le feu et empirer la situation, vous savez comment faire…

Le PH bas (et normal) de l’estomac est dû à la présence d’acide chlorhydrique en quantité suffisante. Il permet aussi la digestion optimale des protéines. Bain d’acide bienfaisant quand tout se passe bien, il devient problématique quand il fait défaut.

Logique et bon sens

Le stress est votre pire ennemi. Le lien est clair et établi depuis longtemps. N’avez-vous pas l’estomac noué quand vous êtes sous pression ? Votre mode de vie influe grandement sur l’activité de votre estomac.

Mangez-vous vite, sur le pouce, un sandwich thon mayo (plus mayo que thon) en guise de lunch ? Mangez-vous beaucoup de crudités ? Trop de fruits acides ? Une trop grande quantité de glucides ? La combinaison gagnante pour souffrir du « SIBO » ou « small intestin bacteria overgrowth » est liée à la fermentation des glucides dans l’abdomen notamment. La pression des gaz provoque leur libération via l’estomac et brûle votre œsophage.

Que buvez-vous ? Etes-vous amateur de café et de soda ? Les boissons sucrées, gazeuses de surcroît, mettent le feu à l’édifice.

Vous fondez pour trop de chocolat ? Mauvaise idée ! Le chocolat, c’est de l’essence sur des braises.

Bref, vous aimez tout ce qui est bon ? Et bien, c’est très mauvais ! Enfin, ce qui est hautement transformé potentialise les dysfonctions de l’estomac. 


Le secret des 3 plantes qui soignent

Et pourtant, des solutions existent qui ne vous détruisent pas toute la tuyauterie et vous soulagent par la même occasion. Voici 3 plantes médicinales aux effets calmants, qui allègent la digestion et régulent le PH. Leur fenêtre thérapeutique est très large, un champ d’action combiné et synergique pour un résultat fabuleux. 

L’alchillea millefolium soulage les spasmes de l’estomac de façon remarquable. Elle a été utilisée pendant des siècles pour traiter diverses maladies comme l’hépatite et la jaunisse. Elle est également un extraordinaire anti-inflammatoire et antispasmodique. L’alchillea millefolium régule l’acidité gastrique grâce aux alcaloïdes et flavonoïdes qu’elle contient. Cette plante est utilisée en cas de dyspepsie avec une action à la fois analgésique et anti-ulcérogène.

Connaissez-vous les vertus du  coriandrum sativum ? Très active contre les ulcères gastriques, les graines de coriandre le sont également contre l’Helicobacter pylori, la plaie des plaies de votre estomac à la source d’inflammations gravissimes. Quand on sait que près de la moitié de la population mondiale est infestée par cet intrus et qu’environ 50% ont les symptômes suivants : douleurs, crampes, haleine fétide, perte d’appétit, nausées, langue chargée,… Et dire que les médecins prescrivent à tour de bras ces médicaments aux conséquences désastreuses connues de tout le corps médical pour soigner cette bactérie bien envahissante, on comprend mieux pourquoi big pharma se porte si bien.

Les graines de coriandre vont favoriser la digestion, réguler l’acidité gastrique et vous rendre l’appétit.

Enfin, les feuilles Ocimum basilicum sont d’une aide fabuleuse pour diminuer les désordres digestifs comme les ballonnements et les gaz. Le basilic doit son effet carminatif à son remarquable effet antiseptique. Il lutte efficacement contre les diarrhées et les allergies gastro-intestinales d’origine alimentaire.

Voici le trio garant d’une digestion sans souci.  Il est temps de réagir avec des solutions qui ne provoquent pas un cataclysme gastrique. N’oubliez pas de revoir votre style de vie, de changer votre assiette et de déstresser par la même occasion !

Références :

http://pepite.univ-lille2.fr/notice/view/UDSL2-workflow-4577

https://www.revmed.ch/RMS/2015/RMS-N-485/Inhibiteurs-de-la-pompe-a-protons-IPP-peut-etre-pas-si-inoffensifs-que-cela

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2974811/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28899441

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23959026

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4864131/

http://gut.bmj.com/content/early/2017/09/18/gutjnl-2017-314605

http://gut.bmj.com/content/early/2017/09/18/gutjnl-2017-314605

http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/ccss200910_fic-10-3.pdf

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.