Les compléments essentiels pendant la grossesse

La lourde responsabilité des futurs parents

 Votre désir d’enfant devient de plus en plus pressant ou vous êtes déjà enceinte. Félicitations ! La venue d’un bébé est une nouvelle qui va changer votre vie, vos journées et vos nuits aussi. Attendre un enfant, ça se prépare avant même la conception. Votre corps doit être accueillant pour cet enfant à venir, qui va se nourrir de ce que vous lui donnez. Un petit être va grandir dans votre ventre, s’épanouir, passer de l’unicellulaire à un nourrisson de plus de 3kg en l’espace de 9 mois. Une aventure cellulaire extraordinaire ! Votre alimentation va jouer un rôle déterminant pour le développement tant physique que psychologique de la prunelle de vos yeux. Les carences en micronutriments peuvent vous jouer des tours et vous affaiblir durant la grossesse mais aussi si vous décidez d’allaiter votre enfant. Une complémentation est essentielle pour combler l’ensemble de vos besoins mais aussi ceux de votre bébé. 

Les grossesses spontanées sont en nette régression depuis plusieurs années. Il a plusieurs facteurs qui expliquent la diminution naturelle de la fertilité. La qualité et la quantité de spermatozoïdes diminue à cause de nombreux facteurs comme l’alimentation, les carences en zinc, la pollution dont la pollution électromagnétique (ces messieurs adorent porter leur gsm dans leurs poches), l’augmentation de la chaleur autour des testicules bien trop bien emmitouflées,… sont autant de raisons pour lesquelles il y a peu d’élus dans cette course à la vie. 

Du côté féminin, on notera également une alimentation pauvre et dénaturée, la prise de moyens de contraceptions comme la pilule qui perturbent le système hormonal, la pollution générée par l’environnement, par la prise de médicaments, mais aussi par un stress chronique empêchant le système reproducteur de fonctionner de manière optimale et certaines carences en micronutriments. 

Une grossesse se prépare plusieurs mois à l’avance. Plus vous serez dans l’équilibre en macro mais aussi en micronutriments, moins vous aurez tendance aux envies de femmes enceintes et de craquer sur n’importe quoi. 

Les chamboulements hormonaux vont avoir un impact sur votre humeur, votre joie ou votre tristesse. Inutile de rajouter les hypoglycémies réactives engendrées par la consommation de sucre, une stimulation de la ghréline qui va vous donner des fringales incontrôlables,…

Il est donc essentiel que le terreau dans lequel votre enfant va grandir soit de top qualité, en prenant soin de vérifier, prise de sang à l’appui, si vous avez eu la toxoplasmose (transmise par les chats) et le CMV (cytomégalovirus, qui peut être contracté si vous côtoyez des enfants en bas âge). 

Côté alimentation 

Que vous soyez enceinte ou pas, un petit déjeuner doit être protéiné pour éviter les hypoglycémies réactives. Un peu de pain semi-complet, du vrai beurre de baratte, du jambon, fromage frais, houmous, des œufs,….

Evitez confiture, chocolat à tartiner, sirops en tous genres, jus de fruits, même fraichement pressés. 

Midi et soir, prenez soin de garnir votre assiette pour moitié de légumes cuits et/ou crus, pour un quart de féculents (pain, pâtes, riz, pommes de terre, quinoa, sarrasin, lentilles,…) et pour dernier quart de la viande ou du poisson. Le soir, privilégiez plutôt légumes et légumineuses, pas de viande rouge, ou peu de protéines animales en général. 

Une collation composée d’un fruit ou compote de fruits, quelques noix, un yaourt avec du miel, des graines de chia, de lin,… qui sont excellentes pour avoir un bon transit intestinal, plus laborieux pendant ces quelques mois. 

Côté complémentation : 4 essentiels 

La vitamine D est essentielle, non seulement pour la construction osseuse, mais pas uniquement. Elle intervient à de très nombreux niveaux, notamment dans la stimulation du système immunitaire mais aussi dans l’amélioration de la fonction de la barrière intestinale. Veillez à la prendre liposomée pour une bien meilleure absorption car cette technique permet de délivrer la vitamine au cœur des cellules. 

La grande majorité des gens est carencée càd que leurs taux se trouvent en-dessous de 30 ng/mL voire en-dessous de 20 alors que le niveau optimal se situe entre 60 et 70 ng/mL. Avant de tomber enceinte, faites une prise de sang et demandez de contrôler la vitamine D. Complémentez-vous en fonction de ce taux et assurez-vous qu’elle soit d’origine naturelle. 

Vient ensuite le très précieux DHA (pour acide docosahexaénoïque), indispensable à la croissance du cerveau de votre enfant, à son développement cognitif et à son acuité visuelle. 

Il fait partie des omégas 3 à longue chaine que l’on retrouve dans les poissons gras : saumon, thon frais, sardines, maquereau,…. Le DHA fait partie des acides gras polyinsaturés qui sont essentiels, ce qui veut dire que votre corps est incapable de les produire, vous devez donc les trouver dans votre alimentation ou par complémentation.

Ils sont donc d’une importance capitale pendant la grossesse pour que le cerveau de votre enfant se développe correctement, mais aussi pour vous madame, en prévention de la dépression postpartum. 

Les omégas 3 sont présents dans les parois cellulaires et participent à la fluidité membranaire, permettant un échange entre l’intérieur et l’extérieur de la cellule. 

La consommation d’omégas 3 pendant la grossesse est associée à une amélioration des résultats neurodéveloppementaux chez l’enfant  que ce soit l’intelligence verbale ou encore la mémoire.  Mais avant même la conception, il faut veiller à avoir des apports en DHA optimaux. 

Les femmes allaitantes ayant des apports suffisants en omégas 3 d’origine animale ont des nourrissons dont le développement psychomoteur est nettement supérieur aux femmes consommant des omégas 3 d’origine végétale. 

On remarqua également une diminution du risque de développer des allergies ou de l’asthme chez les nourrissons dont les mères étaient supplémentées ou consommant suffisamment de poissons gras.

Enfin, la consommation régulière d’omégas 3 réduit les risques d’accouchement prématuré. 

Pour de multiples raisons, ces omégas 3 ne sont pas suffisamment consommés dans les pays occidentaux, notamment en raison de la concentration de métaux lourds dans les poissons prédateurs comme le saumon ou le thon frais. Cela suscite de nombreuses craintes et à raison. Les océans sont pollués et les poissons regorgent de mercure. Vous pouvez toutes fois consommer des sardines sans danger. Mais si vous n’êtes pas friande de produits de la mer, les omégas 3 en complémentation vous seront d’un grand secours. 

L’équilibre entre omégas 3, anti-inflammatoires et omégas 6, pro-inflammatoires devrait être de 4 omégas 6 pour 1 oméga 3. Mais aujourd’hui, nous sommes bien loin du compte puisque nous comptons 15 à 20 omégas 6 pour 1 omégas 3. Tout flambe évidemment, ce qui se répercute sur l’augmentation des risques cardiovasculaires, le diabète de type 2 et l’arthrose.

Ils sont indispensables tant pour la mère avant la conception, que pendant la grossesse et après, qu’il y ait allaitement ou non.  

Ne vous laissez pas berner par les compléments de DHA vendus traditionnellement qui ne présentent que très peu d’intérêt au niveau de l’absorption réelle de la molécule. Prenez un grand soin dans la sélection en les choisissant liposomés. En effet, le DHA lipomosé est nettement plus efficace. La technique liposomale est un encapsulage des substances dans une bicouche lipidique mimant celle des cellules. De cette façon, elles seront nettement mieux absorbées et utilisées directement par votre  cerveau et l’ensemble des cellules de votre corps. 

Le magnésium : minéral indispensable de la grossesse

Le magnésium est un minéral très abondant et essentiel à la santé humaine. Il permet dans un premier temps de diminuer les crampes musculaires qui peuvent être assez fréquentes pendant la grossesse, mais aussi de réduire la fatigue, augmenter la transmission nerveuse, de réguler le taux de sucre sanguin et de la tension artérielle. 

On le trouve dans les légumineuses, les bananes, la cacao, les pistaches, les légumes à feuilles vertes,… Mais les apports alimentaires ne sont parfois pas suffisants. En cas de stress intense, les fuites de magnésium sont abondantes, ce qui peut se traduire par des fasciculations, une grande fatigue et des crampes. Pendant la grossesse, les besoins en magnésium sont plus importants. Pour lutter contre le diabète gestationnel, l’hypertension, la prééclampsie, une supplémentation s’avère souvent nécessaire pour prévenir certaines complications liées à la gestation et réduit également le retard de croissance du fœtus. 

Des études ont mis en évidence l’effet du magnésium sur la réduction du nombre d’accouchements prématurés. 

Il est essentiel d’en parler avec votre gynécologue dès l’apparition de crampes ou de signes évidents de carence en magnésium pour éviter toute complication facilement traitable avec un minéral aux mille facettes. 

Le zinc, essentiel

Les carences en zinc sont monnaie courante et se caractérisent généralement par une mauvaise cicatrisation, perte de cheveux, de l’acné,…. 

Il intervient comme co-facteur dans plus de 300 réactions enzymatiques. C’est un anti-oxydant indispensable notamment dans la production d’insuline. Les diabétiques doivent être complémentés de façon régulière avec cet oligo-élément. Il intervient dans le système immunitaire mais aussi dans le développement du goût et de l’odorat. Les personnes âgées sont notamment sujettes aux carences car elles consomment moins de viande et perdent petit à petit le goût et l’envie de manger. 

Le zinc est essentiel pour une peau éclatante, sans acné et des cheveux en bonne santé. Il joue aussi un rôle dans la croissance. 

On le trouve dans les produits animaux principalement comme la viande, les œufs, les abats, les fruits de mer, mais aussi, dans une moindre mesure dans les légumes secs. 

Chez l’homme, il est indispensable à une bonne mobilité des spermatozoïdes, facilitant ainsi la fécondation. 

Quant aux femmes, le zinc permet d’augmenter les chances de mener une grossesse à terme. Une carence en zinc peut aussi entrainer une hypotrophie du fœtus, voire des malformations congénitales, un retard de croissance ou un accouchement prématuré. 

Attention, il faut éviter de se complémenter à tort et à travers car trop de zinc est aussi néfaste que sa carence. Un apport trop élevé agit comme pro-oxydant et augmente le stress oxydatif. 

Une grossesse, ça se prépare. Cette épopée de 9 mois ne s’improvise pas. Mettre toutes les chances de votre côté pour qu’elle se déroule dans les meilleures conditions se planifie longtemps à l’avance. Vous ne serez pas à l’abri de nausées, voire de vomissements pendant le premier trimestre.  Chaque grossesse est unique, chaque femme la vivra d’une façon différente mais le point commun à toutes est le statut en antioxydants, oligo-éléments et minéraux. Prenez conseil auprès de votre gynécologue et ou thérapeute spécialisé en nutrition de la femme enceinte pour vous éviter bien des déconvenues. 

Références :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6430230/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3046737/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30480773

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2621042/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5590399/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5690444/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9550453

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5986409/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5537898/

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Clarico-3 Columans Style 1

K2D3 Liposomé

Clarico-3 Columans Style 1

DHA + Liposomé

Clarico-3 Columans Style 1

MegaMagnésium

Clarico-3 Columans Style 1

Zinc Lozenges

Les compléments essentiels pendant la grossesse
Vandenhoute Michael
9 décembre, 2019
Share this post
Archiver
Se connecter to leave a comment