NADH : le concentré de jeunesse et d’énergie ?

Un proverbe africain dit que l’eau du fleuve ne retourne pas à sa source. Le temps passe sans que nous puissions y faire quelque chose. On ne peut pas le ralentir. Il marque de son empreinte notre visage, nous surprend au premier cheveu blanc, nous joue des tours de mémoire. Le temps est cet ennemi impitoyable qu’il est essentiel d’apprivoiser. Inutile de s’en faire un rival, il gagnera toujours. Mais les dés ne sont pas jetés pour autant. La fatalité du grand sablier n’est pas toujours une issue implacable. 

Alors oui, nous ne pouvons pas inverser le vieillissement, ni même l’arrêter, certes, mais nous pouvons ralentir ses effets avec une molécule bien connue des scientifiques, mise en évidence par le Professeur Georges Birkmayer. Vous la trouverez dans les produits les plus sains de votre alimentation comme dans les brocolis, les choux, les avocats, le concombre,… Cette molécule peut freiner les signes de vieillissement, voire rajeunir le métabolisme. Quelle est cette clé qui permet de dépoussiérer nos cellules et de faire une cure de Jouvence métabolique ? Quel processus miracle est mis à notre disposition pour un « fresh restart » ? Comment nourrir nos cellules de telle manière qu’elles ne subissent plus les impitoyables rouages du temps ? 

Derrière la genèse de l’énergie se cache le NADH

L’hydrogène est un composant essentiel au fonctionnement de toute cellule. Quand il vient à manquer, la cellule fonctionne au ralenti et s’installe alors insidieusement de la fatigue chronique, de la dépression, une chute de libido, baisse de la vision, mais également un épuisement de la sphère cardiovasculaire. 

Mais quel est le rapport avec un co-enzyme ? Retenez bien ce nom : nicotinamide adénine dinucléotide ou NADH. C’est un co-enzyme qui est la forme biologique et stabilisée de l’hydrogène et qui produit, en concert avec l’oxygène, cette énergie dont la cellule a cruellement besoin pour fonctionner. Le manque de NADH au niveau cellulaire est synonyme de baisse significative d’énergie et de dysfonctionnement


Pourquoi se supplémenter en NADH ?

Le NADH est la substance la plus importante de notre corps, tout comme l’ATP. Sans ces molécules, nous mourons en moins de 30 secondes. Le NADH est le cofacteur de plus ou moins 500 réactions enzymatiques et sa concentration décline irrémédiablement avec l’âge. Irrémédiablement ? Pas sûr…. 

Si le mécanisme cellulaire en est correctement approvisionné, cela permet à la cellule de produire plus d’ATP (adénosine triphosphate), càd de produire de l’énergie. Les cellules vivent alors plus longtemps et vous aussi par la même occasion. 

Puisqu’il est un combustible essentiel à la vie, le NADH se trouve bien évidemment dans votre alimentation mais ces apports ne suffisent pas à combler la demande, bien au contraire. La cuisson détruisant la majeure partie de ce co-enzyme, le reste étant atomisé au niveau de l’estomac à cause des sucs gastriques, une supplémentation s’avère souvent nécessaire. 

Quels sont les effets de la supplémentation en NADH ? 

Certains organes sont plus friands en NADH que d’autres, comme le cœur, le foie, les reins ou encore le cerveau qui recevront en priorité la quantité nécessaire à leur fonctionnement cellulaire. La fenêtre d’action est extrêmement large avec un impact sur l’ensemble du métabolisme. Puissant antioxydant, il régénère les cellules endommagées, réduit les signes du vieillissement et aide à la réparation de l’ADN. Le métabolisme est spécifiquement lié aux nicotinamide adénine dinucléotides qui occupe une place centrale dans les processus de vieillissement des mammifères. 

Le NADH réduit la fatigue

C’est tout d’abord un élément essentiel pour retrouver de l’énergie. Donc, le NADH va réduire considérablement les problèmes de fatigue chronique et par conséquent, bon nombre d’autre maladies intimement liées à l’épuisement physique. Après seulement 6 mois de complémentation en NADH, 82% des patients souffrant de fatigue chronique ont vu leurs symptômes fortement diminuer. 

Le NADH au service de la santé mentale

Le NADH a un effet surprenant sur la dépression qui touche près de 340 millions de personnes de par le monde et qui ne va pas en s’améliorant avec cette pandémie aux effets secondaires ravageurs sur la santé mentale. En augmentant la synthèse des neurotransmetteurs, comme la dopamine et la sérotonine, la NADH va avoir un effet très bénéfique chez les dépressifs mais aussi les personnes en « burn out » ou au bout du rouleau. 

Le NADH soutient l'immunité

Le système immunitaire profite également de l’apport en NADH qui en consomme des quantités colossales pour être efficace. Par conséquent, plus l’organisme humain dispose de NADH, plus le système immunitaire sera performant.   

Le NADH protège la santé cardiovasculaire

Plus on vieillit, plus on risque de développer des maladies cardiovasculaires, qui reste la principale cause de morbidité et de mortalité dans les sociétés industrielles liée plusieurs facteurs comme la modification néfaste des artères, le raidissement de l’aorte, l’augmentation de la pression artérielle,…

La NADH possède des atouts cardioprotecteurs. Des études ont été réalisées chez l’homme et ont traduit des preuves prometteuses de l’efficacité de la supplémentation en NAD+ :  outre son action bénéfique sur l’hypertension artérielle et sur le cholestérol, la NADHbooste la quantité d’énergie contenue dans les cellules cardiaques. 

De nombreuses études sont réalisées notamment sur les souris. Une supplémentation en NADH montre une meilleure réponse à l’insuline, un poids plus sain, même si elles sont soumises à un régime riche en graisse et ont une vie plus longue, en excellente santé. 

Le NADH aide les sportifs

Il a été aussi remarqué une nette amélioration de l’endurance chez les sportifs et les athlètes de haut niveau, avec une augmentation de leurs performances, 20 minutes seulement après la complémentation. 


Les bienfaits anti-âge du NADH

Le NADH au niveau cognitif

Le NADH est habituellement indiqué pour améliorer la clarté mentale, la concentration et la mémoire, avec des effets très bénéfiques pour stabiliser un Alzheimer.  En effet, le NADH stimule la production de dopamine, essentielle dans le traitement de cette maladie. D’autres effets ont été remarqué : meilleure fluidité verbale, capacité de construction, visuelle, meilleur raisonnement, …

Dans le cadre d’un essai ouvert portant sur 17 personnes souffrant de démence de type Alzheimer, une nette amélioration de leur dysfonctionnement cognitif a été observée et ce sans aucun effet secondaire.  

Il a aussi été démontré que le NADH améliore le fonctionnement cognitif des patients atteints par la maladie de Parkinson. Une étude a été réalisée sur 885 patients atteints de Parkinson. La moitié a reçu du NADH en perfusion intraveineuse, l’autre par voie orale sous forme de capsules. Chez 80% des patients, un effet clinique bénéfique a été observé avec nette une diminution des problèmes moteur après seulement 2 à 4 semaines de traitement. 

L'action du NADH sur la ménopause

Les femmes en péri ménopause pourront également voir une nette amélioration de leurs symptômes avec une réduction des bouffées de chaleur, la fatigue, les sautes d’humeur qui altèrent la vie quotidienne de ces personnes. Elles retrouvent enfin une libido essentielle à une vie sexuelle épanouie. Mesdames, votre vie ne s’arrête pas à 50 ans !

Le NADH contre les maladies oculaires

Les personnes âgées touchées par la DMLA (ou dégénérescence maculaire liée à l’âge) ou un glaucome perdent leur autonomie au fur et à mesure que la maladie avance.

Ce sont les principales causes de cécité irréversible dans le monde entier.  Les cellules de l’œil se détériorent, ce qui provoque une altération de la vue. Le niveau de nicotinamide adénine dinucléotide diminue avec l’âge, ce qui endommage les cellules de l’œil.  D’après les études, la complémentation en NADH diminue les risques de développer des problèmes ophtalmologiques. 

Pour conclure

Vivre plus vieux, oui, mais uniquement en bonne santé physique et avec toute sa tête. Personne ne désire vivre jusqu’à 100 ans complètement grabataire. Quelques ingrédients de la recette de longévité résident dans l’alimentation la plus équilibrée possible, mais aussi dans la pratique d’une activité physique régulière, dans le plaisir social, dans une activité professionnelle intéressante et motivante. Mais se supplémenter en NADH, pépite de joie de vivre et d’énergie, concentré de dynamisme et de tonus, peut changer votre vie, en vous boostant au cœur même de vos milliards de cellules. 

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie


NADH

NADH

NADH est un complément alimentaire pour contrer la fatigue et stimuler les performances intellectuelles et physiques.

Références :

  1. https://doctonat.com/nadh-effets/

  2. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15377055/

  3. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12812998/

  4. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9893217/

  5. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15134388/

  6. https://www.prohealth.com/library/nadh-for-energy-healthy-immune-function-and-more-18686

  7. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11847482/

  8. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5966770/

  9. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29217642/

  10. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32961812/

  11. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28858158/

  12. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8101414/

  13. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8834355/

  14. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/4156832/

  15. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5876407/

Alexia Vinel
16 février, 2021
Share this post
Archiver
Se connecter to leave a comment